20 janv. 2022

Drame de la saison hivernale

Une deuxième contribution à la consigne 628 de Kaléïdoplumes en respectant un peu plus les contraintes qui étaient d'inclure quelques mots imposés.

Nos envoyés spéciaux n'en croient toujours pas leurs yeux ; en effet, il n'y a plus rien à voir. Non seulement nos arbres multiséculaires et historiques ont perdu toutes leurs couleurs, mais le petit peuple n'est plus. Alors que nos parents, grands-parents, arrières grands-parents nous racontaient leurs aventures, nous ne pourrons plus les transmettre à nos enfants et petits-enfants.

Lire la suite...

18 janv. 2022

Le peuple disparu

Ma contribution à la consigne 628 de Kaléïdoplumes

Ainsi donc, il faut parer de choses diverses et variées. Sans vouloir faire de mauvais jeux de mots et sortir de mot - ou met ? - avarié, j'ose cette réflexion, cette rébellion. En effet, derrière tout ce feuillage médiatique autant que multicolore et tout en nuances de blancs, il manque une chose, un élément crucial.

Lire la suite...

22 juin 2021

Sous mon lit, il y a …

Consigne "100 mots" pour la consigne 607 de Kaléïdoplumes

Ce qu'il y a sous mon lit, aimeriez-vous bien savoir ?

Tsss Tsss, non, vous n'en saurez rien, absolument rien, pas même l'histoire du mouton qui baille ou du parquet qui ripaille. Je ne vous raconterais pas plus les cavalcades qui s'y déroulent, ni du chevalier perse qui chasse les monstres tapis. D'ailleurs, pourquoi faudrait-il que ce soit toujours un homme qui s'arroge de tels exploits. J'ai donc décidé que ce serait une chevalière chassant le dragon en chevauchant son fidèle destrier, mais, là non plus, je ne vous en dirai rien. Ce n'est pas un conte de fées.

99 mots

21 juin 2021

Sous mon lit

Consigne "100 mots" pour les consignes 607 de Kaléïdoplumes

Sous mon lit, surtout quand je n’y suis pas, dessus, il y a parfois … quoique … peut-être même quand j'y suis, un chat, voire deux les jours de grandes chaleurs, ou les nuits sous un toit brûlant. Il y a des moutons, de ceux qui s’envolent en courant d’air, de ceux que l’on n’aime pas compter. Il s'y promène aussi les rêves que j’ai refoulés, perdus, que je n’irai pas chercher de peur de déranger le chat qui dort. Quelques fois, je me demande ce qu’il y trouve avec ses moustaches en attrape-rêves quand il découvre une toile d’araignée.

100 mots

24 févr. 2021

2. Un salon particulier

Consigne spéciale pour l'anniversaire des 13 ans de Kaléïdoplumes

Mon amie m'avait chaudement recommandé, mais en me disant si peu de choses à son propos que j'ai longtemps hésité avant d'y aller. Son entrée ne paie pas de mine. Ai-je pris rendez-vous dans un bureau de comptables, chez un dentiste, par erreur ?

Lire la suite...

17 févr. 2021

1. Le salon particulier

Consigne spéciale pour l'anniversaire des 13 ans de Kaléïdoplumes

Le salon est installé dans un quartier calme, discret. Un simple logo signale sa présence, mais il évoque déjà ce qui m'attends, ce que je viens chercher ainsi tous les mois derrière l'accueil décoré de bambou. Je commence à m'aventurer dans un autre monde en entrant dans un petit jardin zen avec une hôtesse toujours aussi charmante.

Lire la suite...

10 févr. 2021

La fenêtre était ouverte

Petit exercice d'écriture automatique lors d'un marathon d'écriture organisé avec Kaléïdoplumes.

Je suis arrivée devant une imposante grille en fer forgée. Elle m'a pour ainsi dire, interpellée, que dis-je ordonné d'en franchir le seuil. Au delà sent le chèvrefeuille et un je ne sais quoi du chien des gardiens. Je pourrais passer au travers, entre deux barreaux, mais non, on ne m'ordonne rien. Je fais donc une promenade le long du mur, jusqu'à un brèche providentielle que j'escalade en quelques mouvements sur pattes de velours. Une odeur de rosier grimpant, mais aucune trace d'un quelconque toutou.

Lire la suite...

30 janv. 2021

Ses mains au parfum de cuir

Consigne spéciale pour l'anniversaire des 13 ans de Kaléïdoplumes

Je le revois manier ses étoffes de cuir avec un mélange de force et de douceur. De temps en temps il pose un morceau sur un mannequin, l'ajuste, le caresse. Je sens encore l'odeur du cuir, la chaleur de ses mains. Quand il prend une craie, dessine des lignes ou suit nos courbes, ses traits rapides, précis nous font frissonner. Aucun geste n'est brusque, inutile, mais toujours sensuel. A mesure que la veste ou la robe se dessine, leurs chaleur nous couvre, ajoutant des étincelles dans nos yeux. Ses mains nous habillent avec tant de douceurs, de tendresses.

Lire la suite...

22 janv. 2021

4. Quelques grammes de dentelles noires

Consigne spéciale pour l'anniversaire des 13 ans de Kaléïdoplumes

Cette fois, ce n'est plus le moment de jouer. Un bandeau ? Quel bandeau ? Je m'en suis rapidement débarrassé et la laisse s'approcher. Sa peau, si blanche, si froide que j'aimerais réchauffer, mais elle doit attendre encore un peu. Je plonge mon regard dans le sien ; ferme les yeux pour retenir son parfum. Approche, approche encore un peu.

Lire la suite...

- page 1 de 18