Mot-clé - Citations

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 19 juin 2007

Administration sainte-nitouche

Encore un blog de prof fermé sur ordre d’un recteur.
Vu sur TICEblog, grâce à Veuve Tarquine et confirmé par l’auteur du blog sur son site Blogprof, le 3 juin 2007. Je cite :

Le recteur a rendu sa décision et m’inflige un blâme. Je ne sais pas trop quoi en penser. La motivation est tellement laconique et floue que je ne sais pas quelles parties de mon blog on me reproche : “mise en ligne sur internet d’un blog relatant la vie interne du collège Truc à Machinville.”

Parce que certains profs nous racontent leurs quotidiens il faudrait aussitôt les faire taire ?
Il y a déjà eu au moins un précédant :
http://maitre.eolas.free.fr/journal/index.php?q=garfield
http://www.kozlika.org/kozeries/tag/Garfieldd
Qui s’était bien terminé.

Combien d’autres encore ?
Il faut espérer que ce ne sont que quelques cas isolés, deux ou trois erreurs de jugement, le temps que cette administration s’habitue à ce que devient internet et à ce que les “internautes” en font. Un ministre l’avait qualifié de mammouth, la formule était un peu maladroite, mais ce mammouth continue a nous montrer qu’elle était et est toujours juste. Jusqu’à quand ?

Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme

Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

et accessoirement :

Article 11 :

1. Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées.

samedi 31 mars 2007

Libre, si je veux

Kerouac et l’éternité, piqué chez Nathanaël Archer

Quand vous aurez compris cet écrit, jetez-le. Si vous ne comprenez pas cet écrit, jetez-le. J’exige que vous soyez libre.

Devrais-je comprendre, et quoi ? Dois-je obéir ? Suis-je réellement libre ?
Je n’aime pas jeter, c’est un fait. Je n’aime pas obéir en est un autre. Le fait de jeter l’écrit me rend-t-il vraiment libre ? et si je décidais que le fait de garder cet écrit fait aussi partie de ma liberté ?

Et de quel droit exiger ? si je ne veux pas de cette liberté.
« J’exige que vous soyez libre » et moi de désobéir …

mardi 28 novembre 2006

Métro du jour

Si je pouvais, je changerai de masque tous les jours .

emprunté à une voyageuse inconnue un soir de métropolitain.

mardi 14 novembre 2006

The Gap

Parce que je m'ennuie, parce qu'il est minuit et parce que plein de choses , alors ...

Mind the gap ! Mind the gap ! Mind the gap ! Mind the gap ! Mind the gap ! Mind the gap ! Mind the gap ! Mind the gap ! Mind the gap ! Mind the gap ! Mind the gap ! Mind the gap ! Mind the gap ! Mind the gap ! Mind the gap ! Mind the gap ! Mind the gap ! Mind the gap ! Mind the gap ! Mind the gap !

logo métro de Londres

mardi 17 octobre 2006

Les mots

Les mots étant les signes des idées, ils ont plus d’importance qu’on ne veut croire. Ce sont des étiquettes apposées sur des boites qui souvent ne contiennent pas les mêmes objets pour chacun; il est toujours sage de les ouvrir, pour s’en assurer.

Comte de Volney, Leçons d’histoire (1795), cité dans l’Antimanuel de philosophie de Michel Onfray p.214

Le comte de Volney faisait allusion au mot “histoire” correspondant à des concept différents suivant les grecques de l’époque de Herodote (perquisition, recherche faite avec soin, étude de faits) ou modernes (narration ou récit); les anciens cherchant la vérité, les modernes prétendant la détenir.

Ce concept je l’étendrai à presque tous les mots du dictionnaire, même en ces temps dit modernes. Les Belges, Canadiens usent déjà d’un français légèrement différent du notre, en France, et certains mots ont complètement changés de définition au cours du temps. Personne ne connaissant le dictionnaire par coeur, comment être sûr de la définition des mots qu’on utilise ? Comment être sûr que la lecture un visiteur correspond à ce qu’on veut dire, à l’idée, au message, qu’on veut faire passer ?

mercredi 13 septembre 2006

Ou la chaussette remplace le socket

Lu dans Linux magazine/France n°86 (page 84) au milieu de l'article "Dissection de GLIB : introduction" écrit par Yves Mettier concernant la bibliothèque GLIB du bureau GNOME

Glib implémente des fonctionnalités de base de vos programmes, qui sont également des fonctionnalités pour la plupart des programmes bien implémentés. Vous trouverez ainsi :
la gestion des fils d'exécution (threads)
le chargement dynamique des greffons
la gestion des allocations mémoire
la gestion des entrées/sorties (fichiers, tubes et chaussettes)
la gestion des erreurs ...

Enfin un programme pour trier mes chaussettes ?

Lire la suite...

dimanche 10 septembre 2006

We need you

Votre PC est allumé et pourtant vous ne l'utilisez pas, ou presque.
Vous pouvez alors offrir un peu de ses capacités pour aider quelques projets scientifiques avec le World Community Grid (WCG)

J'y participe déjà avec l'équipe de Chiwalou dont voici le message d'invitation :

C'est bien connu la recherche manque de moyens. Heureusement, le développement d'internet a permis la mise en place de nombreux projets de calcul distibué, méthode de recherche qui consiste à répartir des calculs entre de très nombreux ordinateurs privés (le mien, le vôtre...) plutôt que d'en faire tourner un petit nombre pendant très longtemps.

Ce type de projet avait déjà permis une part importante du décryptage du génome humain en très peu de temps, au regard de celui qui aurait été nécessaire sans le recours au calcul partagé.

Aujourd'hui je vous oblige propose de participer au projet du World Community Grid, un projet qui en regroupe en fait trois autres :
# le projet Help Defeat Cancer : amélioration des traitements pour lutter contre le cancer
# Human Proteome Folding : séquencage des protéines humaines
# et le projet FIghtAids@Home : lutte contre le SIDA.

Sous Windows, le logiciel se lance automatiquement au démarrage de l'ordinateur et tourne en tâche de fond, en ajustant la consommation du processeur à votre utilisation (si vous ne faites rien il tourne à bloc, si vous êtes très actif il se fait plus discret). Vous pouvez aussi spécifier dans les préférences si vous voulez qu'il ne tourne que lorsque l'écran de veille est activé, ou le temps pendant lequel l'éxécution du programme est suspendu lorsque vous cliquez sur "snooze", comme sur un réveil-matin wink, ou sur l'icône "lune".

Et n'oubliez pas non plus de rejoindre mon équipe lorsque votre inscription sera complète. Cela ne sert pas à grand chose si ce n'est à créer une "compétition" bénévole et honorifique qui n'a pour but que de faire adhérer davantage de participants au projet.

Plus nous serons nombreux, plus l'espoir de soigner un grand nombre de maladies, pour l'instant incurables, deviendra réalité.

Merci d'avance pour votre participation. Ca ne vous coûte rien et ça peut rapporter très gros à tout le monde, car tout le monde est concerné.

Extrait du Forum de Chiwalou dédié au WCG

lundi 4 septembre 2006

Borloo avec un b comme

Lu sur le site du Point le 31 août :

Un politique lambda à qui l'on demande ce qu'il a fait de ses vacances répond qu'il a rédigé un livre, médité sur l'état du monde et suivi les dossiers heure par heure. Sous le chapiteau, Borloo, lui, rétorque sans fard : « Je n'ai rien, mais rien b..., ce qu'on appelle rien b... »

Que faut-il comprendre, qu'il n'a rien branler branlé ou rien baiser baisé ?
Correction, je retourne à l'école et je reviens ...

Lire la suite...

dimanche 3 septembre 2006

Avec une lettre

Vu sur le blog Langue sauce piquante, le petit détail qui fait toute la différence.

Elle s’est laissé aimer et Elle s’est laissée aimer. Dans le premier cas, elle a permis qu’on l’aime. Dans le second, elle s’est permis d’aimer.

Dommage qu’on ne puisse avoir les deux formes dans la même phrase …

lundi 21 août 2006

Asimbonanga

* "J'ai lutté contre la domination blanche et j'ai lutté contre la domination noire. Je caresse l'idéal d'une société démocratique et libre où toutes les personnes puissent vivre ensemble et en harmonie, en bénéficiant de l'égalités des chances. Ceci est un idéal pour lequel j'espère vivre et voir réaliser. Mais c'est aussi un idéal pour lequel je suis prêt à mourir."
* "Pourquoi est-ce que dans cet auditoire, je dois comparaître devant un magistrat blanc, être confronté à un procureur blanc, escorté par des plantons blancs ? On ne peut suggérer honnêtement et sérieusement que dans ces conditions, la neutralité de la justice soit assurée... Je suis un homme noir dans la cour d'un homme blanc. Ceci ne devrait pas être."
* "Une nouvelle société doit naître de laquelle toute l'humanité sera fière... Nous avons enfin réalisé notre émancipation politique. Nous nous mettons en gage à libérer tous nos frères du servage continu de la pauvreté, de la privation, de la souffrance, et toute autre discrimination. Plus jamais, jamais, et jamais ce beau pays ne devra connaître l'expérience de l'oppression d'un groupe sur un autre..."
Nelson Mandela.


Asimbonanga (We have not seen him)
Asimbonang' uMandela thina (We have not seen Mandela)
Laph'ekhona (In the place where he is)
Laph'ehleli khona (In the place where he is kept)

Oh the sea is cold and the sky is grey
Look across the Island into the Bay
We are all islands till comes the day
We cross the burning water

Chorus :
Asimbonanga (We have not seen him)
Asimbonang' uMandela thina (We have not seen Mandela)
Laph'ekhona (In the place where he is)
Laph'ehleli khona (In the place where he is kept)

A seagull wings across the sea
Broken silence is what I dream
Who has the words to close the distance
Between you and me

Chorus :
Asimbonanga (We have not seen him)
Asimbonang' uMandela thina (We have not seen Mandela)
Laph'ekhona (In the place where he is)
Laph'ehleli khona (In the place where he is kept)

Steve Biko

Chorus :
Asimbonanga
Asimbonang 'umfowethu thina (we have not seen our brother)
Laph'ekhona (In the place where he is)
Laph'wafela khona (In the place where he died)

Victoria Mxenge

Chorus :
Asimbonanga
Asimbonang 'umfowethu thina (we have not seen our brother)
Laph'ekhona (In the place where he is)
Laph'wafela khona (In the place where he died)

Neil Aggett

Hey wena (Hey you!)
Hey wena nawe (Hey you and you as well)
Siyofika nini la' siyakhona (When will we arrive at our destination)

Chorus :
Asimbonanga
Asimbonang 'umfowethu thina (we have not seen our brother)
Laph'ekhona (In the place where he is)
Laph'wafela khona (In the place where he died)

Asimbonanga 1988
Johnny Clegg

- page 2 de 3 -