Mot-clé - Carnets virtuels

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 14 décembre 2009

Un blog ? presque...

Aujourd’hui a vu le jour un nouveau blog. Voici son premier billet :

Les rubriques du blog de Kaléïdoplumes

Kaléïdo’blog : Journal crée en décembre 2009 sous l’impulsion d’une dizaine de kaléïdoplumiens venus d’horizons très différents et ayant en commun un point d’accueil: kaléïdoplumes.

C’est dans cet atelier d’écriture, nommé ainsi en raison de la diversité culturelle, sociale et géographique de ses écrivains, qu’ils firent leur classe et de là sortirent les meilleurs kalé’reporters du monde virtuel.

Fort de leur deux années d’expérience dans l’écriture de textes aussi variés que de qualité, ils décidèrent de se lancer dans un nouveau projet: ouvrir un journal virtuel.

Un journal à l’image de son grand frère l’atelier d’écriture Kaléïdoplumes : coloré, varié, amusant, choquant parfois, enthousiaste toujours.

Au pied du sapin de Kaléïdoplumes cette année, un cadeau digne des belles plumes qui y ont trouvé refuge: Kaléïdo’blog.

Je déclare, avec émotion et fierté, Kaléïdo’blog OUVERT

Kaléido’blog est un journal en ligne, où les rédacteurs décrivent la vie qui les entoure, réagissent à l’actualité de leur région, nous invitent à partager leurs coups de cœur. Souhaitons-lui bonne route, et longue vie !

samedi 16 février 2008

Un tag

A mon tour d’être “tagué” (en voilà un vrai beau néologisme ou franglisme). Qu’est-ce que cela peut bien signifier ? J’ai été étiqueté ou ferré, on me pêche comme le premier poisson venu ? avec, ce que Valclair appelle un hochet, ce qui me semble est un très bon descriptif …
Soit ! je m’en vais disserter sur le sujet proposé. Ces Images naïves sont elles le reflet de leurs auteurs, ou une projection de leurs paraitre ?

A la demande unilatérale de Pati (pour toute réclamation, voire avec la sus-dénommée Pati). Aujourd’hui, il s’agit d’histoires de choses sans importances, dont voici le principe :

Citer le blog qui vous a lancé dans le jeu, redonner le règlement, mentionner six choses sans importance sur soi puis trouver six autres personnes auxquelles passer le jeu et les en prévenir.


  1. Je n’achète que des DVDs de séries télévisées des années 70 et 80 … les seules qui méritent le qualificatif de “cultes”, dans le sens ou certaines ont eu un succès moyens à leur sortie, mais ont perduré sur quelques années et sont devenues des références culturelles de leurs époques en restant dans les mémoires populaires.
  2. J’aime la pluie, sauf quand il fait trop froid … Mais qui me dira le contraire, personne n’aurais idée de sortir par plaisir dans le froid, n’est-ce pas ?
  3. Les soldes … ce qui tombe à point vu qu’elles s’achèvent aujourd’hui (samedi 16 février). Ou quand les marchands installent un temple de carton pâte, pour attirer le pécheur en devenir, pour ne pas dire le pigeon perpétuel …
  4. Je me trouve un point commun avec Valclair dans le sens ou je n’aime pas danser et peut-être pour les mêmes raisons …
  5. Ce qu’il y a dans mon assiette, à partir du moment ou c’est comestibles, bons et le moins industriel possible … ce qui commence à faire beaucoup pour ce qui d’être sans importances.
  6. Vous êtes priés de ne point me réveiller lors de vos occupations ou ablutions matinales ! Le oueb ayant cet avantage de ne pas propager tous ces bruitages. Je tolèrerais dans certaines circonstances le bruit et l’odeur d’une bonne bouilloire accompagnée de sa théière parfumée … Qu’on se le dise …


Il me faut aussi passer ce relais virtuel. Donc, de mon chapeau magique, je sors les noms de … roulements de tambour … Zel, Nan’, Pomme, l’Araignée, Cassymary (trop tard), Ciel Bleu (trop tard aussi) et Mégarde

samedi 1 septembre 2007

Les sept Moi

Une Fleur m’a proposé d’écrire sept révélations. Elle appelle ça un chat, soit, un chat avec une Fleur ou une fleur avec un Chat, certes, c’est toujours mieux qu’une Feuille avec une Fleur.
Non, non, correction, c’est elle le chat, ou plutôt c’était elle. Hum, il y a comme une histoire de vacances dans l’atmosphère. De vacances et même de safari, de mieux en mieux, avec une chasse au renardeau en prime ?
D’ailleurs, ai-je bien lu, renardeau ou renard d’eau ? Zel, pourras tu m’éclairer à ce sujet ?
Vous prendrez bien une tasse de thé ?
Qu’est-ce que j’entends, que ce serai moi le chat à présent ? Siamois de Perse ou perché sur une gouttière ?
Qui parle de sativa ssp. indica quand il ne peut s’agir que de Camellia sinensis ?

Oui, d’accord j’arrive au sujet du roi, c’est à dire moi :

  • Il m’arrive de faire les choses à l’envers et depuis je confonds régulièrement ma droite et ma gauche ou je dis à droite toute en passant l’arme à gauche. Certains me disent que c’est un mauvais présage, comme si j’en avais l’âge. En d’autres circonstances, j’écris mes lettres en montant quand le commun des mortels les descends.

Je ne sais, d’ailleurs, toujours pas comment tenir un club de golf ou une épée à deux mains.

  • Vous faites comme vous le voulez, ce n’est pas moi qui ira ramasser les petits pois.

Pendant ce temps, j’irais me servir dans l’assiette de Fleur en les piquant délicatement avec la pointe d’une fourchette. C’est un peu plus long, mais moins risqué. moi en 7 mots

  • G.P.S. ? ou Gepeto ?

Les deux mon capitaine, tant qu’on ne sors pas d’une ville avec un bon plan à portée de la main.

  • J’ai fait un rêve dans lequel j’apprenais à compter. A chaque fois, je comptais des mois. Je m’arrêtais au septième et j’attendais … Je ne sais pas ce que j’attends, peut-être une Juliette ?

C’est un peu tiré par les cheveux, n’est-ce pas …

  • I’m a poor lonesome cowboy …

2008, oui … m’en fait non … je vais regarder mon agenda, mais il me semble que j’ai piscine …

  • J’ai découvert, il y a quelques temps qu’une guerre impitoyable se déroulait à l’abri de nos regards, ou presque. Aucune des grandes chaînes de télévisions nationales n’en parle ou ne montre la moindre image, mais là, à quelques mètres, voir à quelques centimètres de votre clavier, une lutte sans merci ni prisonnier entre Pholques et Tégénaires au détriment de ces dernières qui pourraient bien disparaître.

Un génocide est en cours et tout le monde s’en moque

  • Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire, J’ai un enfant à la place du cerveau. Il a son propre cerveau, mais comme il n’a pas assez de place dans le mien, il fait quelque fois des bétises


Bon, c’est un chat ou un bébé ? Je n’y comprends rien et je ne vais pas me débarrasser d’un bébé avec l’eau du bain, non mais !

mardi 19 juin 2007

Administration sainte-nitouche

Encore un blog de prof fermé sur ordre d’un recteur.
Vu sur TICEblog, grâce à Veuve Tarquine et confirmé par l’auteur du blog sur son site Blogprof, le 3 juin 2007. Je cite :

Le recteur a rendu sa décision et m’inflige un blâme. Je ne sais pas trop quoi en penser. La motivation est tellement laconique et floue que je ne sais pas quelles parties de mon blog on me reproche : “mise en ligne sur internet d’un blog relatant la vie interne du collège Truc à Machinville.”

Parce que certains profs nous racontent leurs quotidiens il faudrait aussitôt les faire taire ?
Il y a déjà eu au moins un précédant :
http://maitre.eolas.free.fr/journal/index.php?q=garfield
http://www.kozlika.org/kozeries/tag/Garfieldd
Qui s’était bien terminé.

Combien d’autres encore ?
Il faut espérer que ce ne sont que quelques cas isolés, deux ou trois erreurs de jugement, le temps que cette administration s’habitue à ce que devient internet et à ce que les “internautes” en font. Un ministre l’avait qualifié de mammouth, la formule était un peu maladroite, mais ce mammouth continue a nous montrer qu’elle était et est toujours juste. Jusqu’à quand ?

Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme

Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

et accessoirement :

Article 11 :

1. Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées.

mardi 17 octobre 2006

Les mots

Les mots étant les signes des idées, ils ont plus d’importance qu’on ne veut croire. Ce sont des étiquettes apposées sur des boites qui souvent ne contiennent pas les mêmes objets pour chacun; il est toujours sage de les ouvrir, pour s’en assurer.

Comte de Volney, Leçons d’histoire (1795), cité dans l’Antimanuel de philosophie de Michel Onfray p.214

Le comte de Volney faisait allusion au mot “histoire” correspondant à des concept différents suivant les grecques de l’époque de Herodote (perquisition, recherche faite avec soin, étude de faits) ou modernes (narration ou récit); les anciens cherchant la vérité, les modernes prétendant la détenir.

Ce concept je l’étendrai à presque tous les mots du dictionnaire, même en ces temps dit modernes. Les Belges, Canadiens usent déjà d’un français légèrement différent du notre, en France, et certains mots ont complètement changés de définition au cours du temps. Personne ne connaissant le dictionnaire par coeur, comment être sûr de la définition des mots qu’on utilise ? Comment être sûr que la lecture un visiteur correspond à ce qu’on veut dire, à l’idée, au message, qu’on veut faire passer ?

jeudi 21 septembre 2006

Une âme sous la pluie

Pati nous invitais, dans son face à face avec l’océan, à écouter les vagues et découvrir le pouvoir de celui-ci sur elle.
Moi, je vais plutôt vous proposer d’écouter la pluie sous ma terrasse couverte.
Installez-vous confortablement. Nan’, la balancelle devrait te convenir, elle ne grince plus. Pati, je suis désolé, mais le figuier n’est pas assez grand pour t’abriter, peut-être préféreras-tu une chaise longue à la place. Je vois que certains ont préférés laisser dormir le greffier … il sait pourtant choisir le meilleur fauteuil. Le fond de l’air es juste assez frais pour nous tenir éveillé et le thé nous apporteras de quoi remplacer les odeurs effacées par la pluie.
sous la pluie Ecoutez le frémissement des feuilles sous la pluie, comme des milliers de voix racontant chacun de nous, chacune des âmes vivant sur terre. Ecoutez la ouvrir une fenêtre sur nos propres pensées, elle devient le miroir de notre « moi » intérieur, celui qu’on ne partage jamais. Le temps s’est arrêté, il ne reste plus qu’a se laisser entraîner par ce bruissement.
Approchez vous de lui, jusqu’à ce qu’il devienne comme une toile où déposer ses pensées les plus secrètes, ses rêves les plus profonds. Laissez les vous submerger, vous êtes libre, léger. Laissez la pluie vous entourer de son cocon protecteur. Elle ne vous jugera pas, mais vous invitera à avancer simplement. Rien n’a plus d’importance que vous même et votre volonté de vivre, même enfoui au plus profond de votre consciente.
Demain est un jour nouveau.

pluie et soleil La forêt se réveillera, libérant toutes une myriade de bruits et d’odeurs nouvelles qu’elle gardait cachée dans son coeur et que la pluie ira dévoiler. A vous de choisir ce qui sera vous, choisir la vie qui ira avec. Laissez vos pensées puiser au plus profond de votre âme et vous montrer le chemin de ce renouveau.
Un volcan s’éteint, un être s’éveille.
La pluie aussi est immortelle et peut-être un jour vous débarrassera-t-elle de vos soucis comme elle glisse sur les feuilles des arbres

Précision : la peinture, en bas, intitulée “Pluie et Soleil” est de Didier Weissenstein