2. La conscience de l’illusion est un concept factuel du post-modernisme

Suite du billet 1. La conscience de l’illusion est un concept factuel du post-modernisme

On peut distinguer deux sortes d’illusions, l’une basée sur le réel, l’autre sur l’intellect. Quand j’affirme que l’illusion peut être basée sur le réel, je ne l’entends pas dans le sens ou elle est une réalité, mais dans le fait qu’elle est crée à partir du réel. En effet, prenons l’exemple du mirage, reflet du ciel sur une étendue désertique faisant croire à la présence d’eau, c’est une image réelle dans le sens ou ce qu’elle est existe réellement, mais c’est aussi une illusion ; l’objet observé n’est pas tout à fait là où on s’y attends, ni ce qu’on pense trouver. Il peut être très difficile de se rendre compte à quel point notre esprit se laisse berner. Dans l’exemple du désert, les conditions environnantes sont réunies pour empêcher toute analyse objective de la situation. Malgré cela, un minimum de réflexion et de sens logique peuvent nous aider à prendre du recul pour remettre l’illusion à sa place de simple artefact sensoriel.

Le deuxième aspect est l’illusion dans son sens intellectuel. De cet ordre, il en existe au moins deux, l’une illustrée dans la foi religieuse, l’autre provoqué pas quelques molécules psychotropes, ou hallucinogènes.

L’exemple le plus commun nous est offert par toutes les religions. Non seulement dans ce qu’elles nous font croire en l’existence d’un dieu unique ou multiples, mais aussi en l’existence d’une vie après la mort. Albert Jacquard affirmait en 1995, dans Petite philosophie à l’usage des non-philosophes (édition Le livre de Poche, page 162), “La solution la plus confortable est de nier cette évidence [la mort] en imaginant un monde autre, inaccessible à nos sens […], d’où l’éternité souhaitée”. Depuis que l’homme existe en tant qu’être doué de raison, il attribue les phénomènes qu’il ne comprend pas ou ne maîtrise à un être supérieur ; point de départ à toute formes de religions. Elles ont ceci de commun, étant concomitantes à l’humanité, d’être à la fois universelles et intemporelles. Toujours d’après Albert Jacquard, “Toutes les religions font face à l’insondable mystère de la mort”. Toutes les civilisations ont crues ou voulues croire en une vie après la mort, multipliant les rites funéraires, sacralisant leurs morts, tombeaux et cimetières. Que ce soit au Paradis, en enfer, au Valhalla, ou en une réincarnation, le mort devait continuer sa vie éternelle. Il va s’en dire que rien de tout cela n’est objectivement ou scientifiquement vérifiable, personne n’est revenu du royaume des morts ou en a ramené un témoignage réaliste. Les civilisations ont évoluées, certaines ont disparu, d’autres se sont développées. Leur population s’est instruite et se sont sensiblement démarquées de certains concepts religieux, à l’exception de quelques minorités.

J’en ajouterais une troisième, directement inspirée de la philosophie postmoderne.

Cette évolution de plus en plus marquée depuis les années 60 aux États-Unis et 70 en France, montre une prise de conscience de cette forme d’illusion.

à suivre …

Commentaires

1. Le mercredi 10 mars 2010, 23:26 par pati

je ne sais pas si on peut parler d'illusion, en ce qui concerne la religion...
c'est une croyance.

une illusion c'est quelque chose qu'on sait ne pas être réel. tout de suite, ou après coup...

et arrête de dire que tu n'as qu'une lectrice, menfin ;)

2. Le jeudi 11 mars 2010, 21:01 par feuille de thé

@pati : attends, je m'assure que ce n'est pas tornade qui se cache derrière ce pseudo :oþ

ah, bin non, j'ai bien au moins trois lectrices

Plus sérieusement, les deux aspects, illusion ou croyance sont vrai, comme le verre à moitié vide ou à moitié plein. C'est surtout une question de point de vue que je n'ai pas voulu développer, ne l'utilisant que comme exemple.

La discussion continue ailleurs

1. Le dimanche 21 mars 2010, 22:36 par Feuille éphémère

3. La conscience de l’illusion est un concept factuel du

Suite du billet 2. La conscience de l’illusion est un concept factuel du post-modernisme Le postmodernisme - tel que l’ont présentés Jean François Lyotard, Gilles Deleuze et dans une moindre mesure Jacques Derrida - affirme que notre civilisation ne...