jeudi 25 janvier 2018

Aliénor encore

Pour la troisième contrainte, comme il parait que nous avons trop de lettres dans notre alphabet … Il a donc été décidé de façon unilatérale d’en supprimer quelques unes pour n’en garder que 11 ; toutes les autres étant dorénavant interdites.

Onzain hétérogrammatique http://oulipo.net/fr/contraintes/onzain-heterogrammatique

Un onzain hétérogrammatique est un poème de cent vingt et une (onze fois onze) lettres. On y emploie les dix lettres les plus fréquemment utilisées en français (AEILNORSTU – Aliénor sut) plus une laissée à votre choix.

Lettre bonus, le “F”

Aliénor, à la folie, fit-elle
Un feu, une fois, un fou ?
Etienne ou Tristan, sous la toile

Lire la suite...

jeudi 11 novembre 2010

Pause interdite

Elle attends de bonne heure le relevé de compteur C’est écrit, entre neuf et douze heure réveillée à huit heure

Lire la suite...

mardi 14 août 2007

A ses pieds

- Prends une chaise ou assied toi par terre ! - Par terre, si ça peut être à tes pieds. - Quelle idée, si tu crois que je te laisserais tirer mes bas de laine. - A défaut de jupon, je te chiperais tes lacets, je te déchausserais faute de te détrousser, j’attraperais tes pieds comme je le ferais de tes hanches et de tes mollets, l’amant d’un jour je serais. - Ose mon bichon et embrasse mes pieds si l’envie t’en prend, mais de mes jambes tu n’en verras pas plus ! - Ni aujourd’hui, ni demain, mais prends garde à tes robes légères qu’à tes pieds de nouveau je ne tire les bas de soie.

mardi 27 mars 2007

Elle

S’agenouiller à ses pieds ôter chaussures et chaussettes Laver ses pieds en les massant Lécher ses plantes de pieds Obéir …

jeudi 2 novembre 2006

Roxanne

Roxanne, tu n’iras pas danser ce soir. Roxanne, tu n’iras plus la-bas le soir. Ce n’est pas la vie que tu as choisi, mais celle qui te fait vivre.
You don’t have to put on the red light.
La dernière était sur l’ambulance et tu ne pouvait pas la voir.
You don’t have to sell your body to the night.
Tu n’en as plus besoin. Ce soir et les autres soir aussi, tu sera seule dans ton lit, personne pour faire de ton corps un jouet. Tu avais décider d’arrêter. Tu voulais partir loin, loin de cette ville, loin de cette vie. Un dernier client, un client de trop.

Walk the streets for money … Save your soul …

lundi 23 octobre 2006

Obscurité

Il avait l’air si mignon et pourtant j’avais à peine eu le temps de l’apercevoir avant d’entrer dans la salle. Heureusement nous étions seuls, je pu le retrouver facilement, avec sa coiffure en hérisson. Je m’installais discrètement à proximité, non, en fait juste derrière lui. Profitant de la pénombre, je glissais mes mains dans ses cheveux, si doux malgré le gel. Il ne dit rien, dormait-il ? Je savais pourtant qu’il m’avait vu avant d’entrer. Je glissais sur sa nuque, caressais ses épaules si fines, son air androgyne le rendait si sexy. Sa respiration s’accéléra pendant que je déboutonnais sa chemise pour toucher un torse que je devinais imberbe. Il avait la peau si douce et deux … petits seins de femme sous mes mains … J’hésitais un instant ne sachant comment réagir pendant qu’une tête roulait sur le grand écran et nous regardait fixement. C’est à ce moment qu’il … qu’elle … me saisit les mains. Se mit à les embrasser, les lécher, je n’osais plus bouger. J’étais à sa merci. Avant d’avoir pu réagir, je me retrouvais de l’autre côté de la rangée de fauteuil, presque sur ses genoux. Je sentais mes mains glisser sous sa chemise, sur son ventre … Elle continuait à me lécher les doigts … Une femme … Je faisait l’amour à une femme, ou plutôt, une femme se servait de moi. Comment ai-je ou me laisser … ? Deux mains … deux mains se sont posées sur mes hanches … nous n’étions pas si seuls …
Qui peut bien être ce conteur libertin, conteur ou conteuse ? Et ces deux mains qui surgissent de nul part, homme ou femme ? Et que va-t-il se passer, maintenant, au coeur de ce trio ? Avez-vous quelques idées ?

jeudi 31 août 2006

Les amants

Les amants Elle ne savait pas où elle était. Elle ne sentait que les liens qui l’entravait sur du marbre trop froid et un bandeau qui lui écrasait les yeux. Elle ne pouvait qu’entendre et elle entendait trés bien, trop bien même. Les deux amants qui s ‘acharnaient depuis un moment à faire l’amour. Plus ils criaient, plus elle sentait le désir monter en elle. Elle n’entendait que ça, leurs cris, leurs gémissements, elle pouvait sentir leur odeur, leur fougue, presque les toucher. Plus elle entendait, plus elle sentait leur ardeur monter en elle, l’envahir, s’emparer de son corps, de son âme. Elle ne pouvait plus s’empêcher de les entendre, de subir leur jouissances, de sentir leurs rôles, chacun d’eux accompagnait les morsures de la cire chaude sur ses bras, ses jambes, son ventre, son corps. son coeur avait déjà rejoins ceux des deux amants, sur le même rythme, la même frénésie. Silence … Les gémissements avait soudainement laissé place à un lourd silence. « Non ! Non ! pas maintenant, continuez ! » Alors que l’excitation disparaissait, laissant doucement la réalité reprendre place. Elle frissonna en sentant une main se poser sur son ventre. émit un soupir de soulagement. Mélange de peur et d’excitation, pendant que la main venait la caresser, réveiller la pointe d’un sein. S’attardant sur sa toison humide, elle sentit qu’elle allait défaillir. Elle jouit en sentant le poignard s’enfoncer dans son coeur …